Autoconsommation photovoltaïque, que faire du surplus?

Nous l’avons vu lors des posts précédents, dans le cas où l’installation photovoltaïque produit plus que ce que l’habitation consomme, nous obtenons alors un surplus de consommation.

Plusieurs solutions s’offrent à nous:

  • vendre toute la production
  • vendre uniquement le surplus
  • stocker l’énergie pour une utilisation ultérieure
  • chauffer de l’eau
  • faire du froid

Vente de l’intégralité de la production:

Si vous souhaiter vendre l’intégralité de votre production solaire, c’est possible. Nous en avons parlé rapidement lors des précédents post. Le prix actuel de vente est de ~18 centimes le kWh. Pour une production de 1400kWh/an, cela donne environ 261€.

Par contre comme nous l’avons vu il faut déduire de cela la taxe annuelle TURPE5bis pour les producteurs et le prix du passage du consuel (~150€ pour vérifier votre installation).

Vente du surplus:

Même remarque que précédemment sauf que le prix de vente est de 10 centimes. Pour 1400kWh produits et 700€ consommés par exemple, il reste 70€ payés par EDF OA et 105€ économisés sur votre facture (175€).

Si sur ces 1400kWh vous en consommez 1000, vous économisez 150€ sur votre facture et EDF OA vous paye 40 (soit -190€). Attention sans les taxes et coûts de consuel 😉

Stockage de l’énergie:

Dans le cas du stockage dans des batteries, je pense que l’investissement n’est pas rentable pour le moment.

En effet si vous devez restituer hors ensoleillement une énergie de l’ordre de 3 à 4 kWh il vous faudra une batterie qui dispose de 2 à 3 fois cette capacité.

Pourquoi: pour la simple raison que les batteries s’usent. Et plus elles se déchargent profondément et plus elles s’usent. Pour une durée de vie supérieure à 10 ans, il est difficile de trouver des batteries qui acceptent plus de 50% de décharge. Certes on voit apparaître des batteries « solaires » avec des taux de décharges de 80% pendant 10 ans, mais n’oubliez pas que cela reste un élément chimique, que la garantie ne couvre guère que la première année et que le site marchant peut très bien disparaître 10 fois pendant cette période.

De plus le prix: le calcul est simple. Si vous devez stocker 3kWh, donc prenons le cas optimiste d’une capacité de 6kWh, elle vous coûtera chère… très chère. J’ai vu des tarifs à plus de 3000€! Pour économiser 1095kWh/an (3kWh/jours), soit 164€ à 15 centimes le kWh, il faudra 20 ans; c’est trop pour espérer rentabiliser ce type d’élément.

Et si nous chauffions de l’eau!

L’idée peut paraître bête au premier abord mais elle a beaucoup d’avantages:

  • on a toujours besoin d’eau chaude
  • les ballons électriques possèdent une résistances et sont donc parfaits pour y injecter une énergie intermittente
  • L’eau chaude se stocke et se conserve relativement bien (nous y reviendrons)

Il y a 2 systèmes de production d’eau chaude:

  • a gaz (souvent dans avec un ballon dans une chaudière, ou production instantanée)
  • électrique

Nous allons analyser cette production d’eau chaude sanitaire dans un prochain post.

Faire du froid!

Un réfrigérateur stocke du … froid! Et oui même si les pertes sont assez importantes, le changement du thermostat pendant la phase de production peut donc forcer une température basse, puis relever la température en fin de journée. Le gain n’est pas énorme il faut le reconnaître, mais existe. Attention, la température ne doit jamais monter au delà d’une limite qui serait source de forts désagréments gastriques voire pires. De même pour la congélation 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *